lundi, février 13, 2006

Georges Frêche et les sous-hommes, suite!

Je pressentais hier que cette affaire n'allait pas déclencher le tumulte habituel en de pareilles circonstances; Georges Frêche, maire de Montpellier, président de Languedoc-Roussillon provoque l'embarras de son camp. Alors que ses propos ont été tenus samedi après-midi, seul Le Monde.fr relatait les faits, sans commentaire, Libé et Le Nouvel Obs restant muets jusqu'à cet après-midi. Et encore sans se précipiter pour recueillir les déclarations outrées de nos moralistes habituels.
Notons que le Ministre des Anciens Combattants, Hamlaoui Mekachera, a saisi le garde des Sceaux, alors que le MRAP connu pour sa promptitude à dégainer dans ce genre de cas, déclare « étudier les suites judiciaires appropriées ».

Point de presse de Bruno Le Roux (site officiel du PS) d'aujourd'hui (13/02):
"Pour ce qui est des déclarations de Georges FRÊCHE, remettons les choses dans le contexte de politique locale. Nous savons ce que pense Georges FRÊCHE et si jamais il y avait méprise ou ambiguïté sur ses propos, c’est avant tout à lui de s’en expliquer et d’en préciser le sens. Nous attendons des explications."

"Cocus".."Sous-hommes"... "Lèches-bottes"...
Si vous souhaitez vous faire une idée sur la possible "ambiguïté" allez écouter le podcast de Libé (en dessous du petit encadré grisé intitulé: sur le même sujet").

Les médias de gauche paraissent frappés de stupeur devant cette tuile; habitués à faire leurs choux gras de déclarations bien moins outrancières pour dénoncer avec vigueur l'évident fascisme de la droite, ils découvrent qu'il y aurait donc des fachos de gauche...Mais comment se résoudre à l'écrire? Quel déchirement...

La blogosphère, si réactive, est tout aussi silencieuse.

A suivre...
|

Links to this post:

Créer un lien

<< Home