mardi, septembre 12, 2006

Hou là là, ça sent mauvais!

La guerre villepino-chiraco-sarkozienne connait en apparence une trêve; mais en apparence, tout simplement parce que les socialistes exposés en peine lumière médiatique nous dévoilent le jeu féroce de leur désir de pouvoir.
La tactique est donc: laissons-les montrer leur haine et n'hésitons pas à les aider.

L'histoire de la "petite Nolwen", cette jeune et innocente militante vertement rabrouée par la méchante Ségolène (vous voyez bien que c'est une facho!) est édifiante; à qui peut-on faire croire que son interview télévisé (je ne me souviens plus si c'était sur TF1 ou Fr2) où elle se déclare "humiliée" n'a pas été suggéré à la rédaction?

Mais voici qu'aujourd'hui Guy Birenbaum publie sur son blog un long article (qu'il présente comme le chapitre 24 d'un livre refusé par différents éditeurs mais qu'il n'édite pas sous les couleurs de sa propre maison, Privé) sur l'affaire de Dominique Ambiel, alors conseiller de JP Raffarin qui s'était fait pincer avec une prostipute dans sa voiture.
J'avais à l'époque trouvé cela très curieux, sachant ce genre d'affaire étouffées; "tiens, en arriverait-on à l'attitude américaine?", avais-je pensé.

C'est une tout autre version que nous livre G.B. sur Domaine d'extension de la lutte; mais là aussi avec 2 ou 3 petites choses assez curieuses... Bien mises en évidences par certains dans les commentaires. Je n'ai aucune raison de douter de Guy Birenbaum que je ne connais nullement mais il faut garder du recul et comme toujours croiser les infos...si on le peut. Et j'avoue une certaine méfiance devant cet article.

Les manips pour les présidentielles, ça sent mauvais!

tags technorati :
|

Links to this post:

Créer un lien

<< Home